Image

A l’assaut de l’Estaragne et du Campbielh

0021

 

 

 

 

 

 

Vous avez toujours rêvé de faire un ou plusieurs pics à « plus de 3000″ sans jamais oser vous lancer dans cette aventure.

Voilà qui sera chose faite avec ce reportage qui je l’espère, va vous donner envie d’aller voir ce qui se passe tout là haut.
C’est une randonnée en haute montagne réservée aux bons marcheurs, que l’altitude et le dénivelé ne rebutent pas.
Ne partez jamais seul et bien étudier la météo avant le départ qui devra se faire très tôt le matin.
Le temps change très vite en montagne.
Pour réaliser une telle ascension dans les meilleurs conditions de sécurité, le mieux étant de la faire avec un guide accompagnateur en montagne.
Rendez-vous à donc été pris avec le bureau des guides de Saint-Lary Soulan qui nous a proposé la meilleure sortie, le meilleur jour, dans des conditions météo idéales : Le Pic D’Estaragne à 3006 m
Mais nous irons plus haut et ferons un second pic dans la journée.
Nous nous sommes donc retrouvé à une dizaine, presque frais et dispos, un beau matin ensoleillé d’Août à 7 heures devant le bureau des guides avec Pascal qui sera notre ange gardien pour toute la journée.
Après nous être réparti dans les voitures, direction la route des lacs pour le Val D’Estaragne sous Cap de Long.
La suite en image avec tous les détails.

0002

Le lieu de départ situé sur la route des lacs, 3 virages avant le barrage de Cap de Long

 

0001

Il est 8 heures, le groupe s’équipe sous la surveillance de notre guide avec le barrage en arrière plan.

 

DSC_0440

C’est parti pour une première heure d’échauffement dans le vallon en légère montée…pour l’instant. Tout le monde trouve son rythme et le pas est soutenu et rapide. Le ruisseau d’Estaragne toujours sur notre gauche.

 

0005

Fini l’échauffement, nous avons déjà bien monté depuis le bas du vallon d’Estaragne. En contrebas, le lac d’Orédon.

 

0006

Et voilà ce qui nous attend, en face droit devant, le pic d’Estaragne que nous attaquerons par la droite.

 

0007

Fini la verdure et la fraicheur du vallon, place au minéral à la chaleur et au gros pourcentage de dénivelé pour atteindre le col d’Estaragne en un peu plus de 2 heures.

 

0008

Le col d’Estaragne coté vallon

 

0009

L’autre versant du col nous offre une vue sur le pic Badet et le pic Long

 

DSC_0446

L’estaragne qui nous attend et à droite au fond le Campbielh dont nous reparlerons plus tard.

 

Le passage le plus délicat de cette ascension qui nous laissera à tous un souvenir impérissable, fut cette vire rocheuse, véritable arête vertigineuse à emprunter pour rejoindre le Pic d’Estaragne depuis le col du même nom.

 

Merci à Pascal notre guide de nous avoir immortalisé pendant la traversée de ce passage. Remarquons nos sourires légèrement crispés.

 

Depuis le sommet de l’Estargane avec vue sur le massif du Mont Perdu au fond à droite

 

Vue sur La station de Piau Engaly, la route menant en Espagne via le tunnel de Bielsa et la vallée de Badet (photo suivante)

 

0014

 

Une pause s’impose après une telle montée et devant un si beau spectacle. En bas le lac d’Oredon et notre chemin de montée à l’aller.

 

Nous sommes arrivé au sommet de l’Estaragne vers 10h30. Largement plus tôt que prévu.
Alors, pour nous féliciter d’avoir marché d’un si bon pas, Pascal notre guide nous a proposé de faire un 2ème « 3000 »
Soit le pic de Campbielh « juste à coté » et culminant à 3173 m.
Nous avons bien sur, accepté d’une seule et même voix.
Moins de 2 heures plus tard après une descente/remontée assez technique, mais faisable, nous déjeunions au sommet du Campbielh.

 

Au sommet du Campbielh, vue sur les pics Badet et Long

 

En regardant bien cette image, vous apercevrez la brêche de Roland et le Vignemale

 

Le fond du lac de Cap de Long (invisible depuis le barrage) depuis le sommet du Campbielh (3173 m) , le  Néouvielle, le Ramoun et le pic du midi tout au fond.

 

La vue sur Piau Engaly et la vallée du Badet est plus dégagée depuis le sommet du Campbielh

 

La très longue descente dans les pierriers jusqu’au lac de Cap de Long, s’avèrera plus éprouvante et épuisante que les 2 montées

 

Voila d’ou l’on vient : L’Estaragne à gauche et le Campbielh au milieu

 

Un aperçu du « terrain de jeu » dans la descente.

 

Le fond du barrage de Cap de Long que sa forme en haricot et sa longueur (1,5 km ) nous empêche de voir depuis le barrage.

 

La longue descente retour de presque 3 heures, dans les rochers, les cairns et la traversée du lac de Cap de Long sur toute sa longueur s’avèrera plus  éprouvante que les 2 montées.
Mais grâce aux conseils avisés et au soutien de notre guide « ange gardien » Pascal du bureau des guides, tout c’est formidablement bien passé et la journée fut magnifique de bout en bout.
Merci beaucoup Pascal !
Le bouquet final sera la rafraichissante boisson prise tous ensemble à la terrasse du restaurant bar Le Garlitz au barrage de Cap de Long ou chacun ira de son commentaire sur l’état de ses pieds, ses cuisses et tout le reste.
Voilà, déjà fini…
Je garderai toujours en mémoire et dans les yeux les impressions ressenties tout la haut et qu’une envie, c’est de repartir à l’assaut des sommets et d’accrocher d’autres « 3000m » a mon CV .
On y retourne ?

 

The following two tabs change content below.

Jean-Michel Loric

47 ans Pyrénéen de coeur, d'âme et d'esprit Ambassadeur St-Lary 2015

Derniers articles parJean-Michel Loric (voir tous)

, , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire