La sécurité des remontées mécaniques : une priorité

La France compte plus de 350 stations de sports d’hiver et près de 3 900 remontées mécaniques. La sécurité des remontées mécaniques a toujours constitué une priorité pour l’État. Le Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG), qui dépend du ministère des transports, est le seul compétent en matière de sécurité des transports de voyageurs. Le 4 décembre prochain, la station de Saint-Lary ouvrira les 266 hectares de son domaine skiable à la clientèle. Chaque année, de la fermeture de la station jusqu’à la fin du mois d’octobre, le personnel du service des remontées mécaniques de la société Altiservice, gestionnaire de la station, assure des opérations de maintenance sur l’ensemble des équipements avec, pour seul mot d’ordre, la sécurité.

Contrôle effectué par un technicien sur une remontée mécanique©Altiservice

Inspection annuelle des remontées mécaniques

Le parc des remontées mécaniques de la station de Saint-Lary comprend un téléphérique, deux télécabines, onze télésièges, dix téléskis, deux tapis roulants couverts et 2 tapis au jardin d’enfants de l’ESF. Les opérations de maintenance répondent à un cahier des charges élaboré par le STRMTG. Chaque année, la station procède à une inspection de l’ensemble des remontées mécaniques. Une fois cette inspection annuelle achevée, un organisme indépendant effectue des contrôles visuels sans démontage et des essais en charge. Le technicien d’inspection annuelle rédige un rapport que l’exploitant transmet au STRMTG afin d’obtenir les autorisations d’exploitation indispensables à la mise en service des équipements.

Grandes inspections des remontées mécaniques

La maintenance comprend également de grandes inspections. La première intervient au plus tard 15 ans après la première mise en service d’une remontée mécanique, la deuxième 10 ans plus tard puis la troisième et les suivantes tous les 5 ans. Chaque grande inspection nécessite le démontage de toute la remontée mécanique et l’examen approfondi et complet de ces principaux composants. On estime la durée d’exploitation d’une remontée mécanique à 40 ans. Plus elle est vétuste, plus elle nécessite des investissements (changement de pièces, …).

Intervention d’un technicien sur un câble©Altiservice

Contrôle des câbles

Les câbles des télésièges et des téléskis font l’objet d’un programme de contrôles visuels et radiographiques. Ils permettent de déceler, d’enregistrer et d’évaluer la progression de tout défaut susceptible de nuire à la sécurité. Il peut s’agir de défauts de surface (aspect anormal des fils, corrosion, usure générale), de défauts géométriques (diminution de diamètre du câble, déformation de l’épissure, …) ou de défauts internes (distorsion interne, fils cassés …). Sur la station de Saint-Lary, ces contrôles sont effectués dès la fin de la saison après le démontage des perches et des sièges.

Formation à l’évacuation verticale des remontées mécaniques

Pendant toute la saison, deux équipes de mécaniciens sont quotidiennement mobilisées sur les secteurs du Pla d’Adet et d’Espiaube. Elles sont respectivement composées de 5 et de de 9 techniciens. Leur principale mission est d’intervenir rapidement lors d’une panne sur l’un des équipements. L’octroi des autorisations d’exploitation permet de former entre 70 et 75 employés du service des remontées mécaniques à l’évacuation verticale. En cas d’évacuation des skieurs, un protocole strict se met en place. Pendant la saison, 35 employés formés à ce type d’évacuation sont quotidiennement présents sur la station.

Chaque année, le service des remontées mécaniques consacre 15000 heures de travail à la maintenance. Voilà pourquoi cet hiver, vous pourrez emprunter en toute sécurité l’une des 26 remontées mécaniques de la station de Saint-Lary. Votre seule contrainte : le port du masque dans les files d’attente et les remontées mécaniques.

Répondre