La légende de Pyrène

Voici une belle histoire pour vos enfants sur la naissance des Pyrénées…

Fille du Roi des Bekrydes, Pyrène était une jolie jeune fille blonde. Elle rêvait qu’un jour un jeune homme aux traits doux la séduirait. Courtisée par de nombreux seigneurs, aucun ne trouvait grâce à ses yeux jusqu’à ce qu’un été Hercule, fils de Zeus, arrive sur ses terres.

Connu pour les exploits qu’il avait accomplis lors de ses douze travaux, il revenait de l’extrémité du monde connu et rentrait chez lui. Accueilli en héros, il fut convié à un somptueux festin au cours duquel il conta ses aventures. Pyrène fût immédiatement séduite par cet homme exceptionnel. A la nuit tombante, ils s’isolèrent du reste des convives et Pyrène lui demanda de rester auprès d’elle.

« Tu pourrais devenir berger et nous aurions le plus beau troupeau du Pays » lui dit-elle. Hercule, tombé sous le charme de cette belle jeune fille, accepta. Ils décidèrent de garder leur amour secret et passèrent l’été à profiter de leurs longues et tendres rencontres en forêt.

Un soir où les premiers orages annonçaient l’automne, Hercule attendait Pyrène sur un rocher. Sur le point de demander sa main à son père, un vol d’oies sauvages se dirigeant vers son pays, attira soudainement son attention. « C’est un présage, il faut que je parte » se dit-il. Lorsque Pyrène arriva sur le lieu de leur rendez-vous, elle l’appela … jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’Hercule était parti.

Elle se mit alors à courir vers l’est, persuadée qu’il était rentré dans son pays. Elle grimpa à flancs de collines, traversa les marécages et ne s’arrêta que pour boire et pleurer. Comprenant qu’elle ne le rattraperait jamais, elle finit par se coucher sur l’herbe. Épuisée par le froid et la faim, elle finit par lâcher le bâton qui lui permettait de garder les loups à distance et poussa un ultime cri de tristesse.

Entendant son cri, Hercule prit soudainement conscience que Pyrène était en danger. Il fit demi-tour et, après avoir fouillé tous les recoins de la forêt, finit par découvrir le corps inerte de sa bien-aimée.

Fou de rage et de douleur, il déposa le corps de celle qu’il aimait sur un lit de fleurs et de feuilles et décida de lui bâtir un tombeau à la hauteur de leur amour. Il empila des blocs de pierre tant que dura sa tristesse jusqu’à créer des montagnes. Avant de regagner son pays, Hercule prononça ces quelques mots d’adieu : « Afin que ton nom, ma chère Pyrène, soit conservé à jamais par les hommes qui peupleront cette terre, ces montagnes dans lesquelles tu dors pour l’éternité s’appelleront Les Pyrénées ».

Répondre