Le trail : une expérience personnelle à partager

Par 11 août 2021La sportive

D’abord perçu avec réticence par les randonneurs aguerris, le pratique du trail s’est progressivement imposée comme une discipline sportive à part entière. Depuis une vingtaine d’années, la course en montagne s’est démocratisée. La multiplication des épreuves et des formats, a contribué à l’explosion du nombre de pratiquants et les retombées économiques des trails organisés sur les territoires constituent une nouvelle manne touristique pour la montagne. Le trail est une expérience personnelle que l’on a simplement envie de partager.

Les origines du trail

De nombreux auteurs se sont penchés sur les origines du trail. Sans remonter aux calendes grecques, dans son ouvrage « La folle histoire du trail », Jean-Philippe Lefief évoque les traditionnelles courses en montagne organisées dans les îles Britanniques depuis des siècles. Il évoque notamment une course en montagne qui aurait été organisée par le roi Malcolm III d’Ecosse, au XIe siècle, dans le but de recruter un messager royal. D’autres auteurs citent une course de cent miles (165 km), à l’origine équestre, organisée par la Western States américaine. Un certain Gordy y aurait pris part, à pied, en 1974.Toujours est-il qu’à la fin des années 1980, de nombreuses courses, aujourd’hui mythiques, ont vu le jour.

Le trail : de la simple sortie en montagne à l’ultra-trail

D’abord pratiqué par des amoureux de la montagne souhaitant repousser leurs limites sans s’encombrer de trop d’équipements, le trail s’est progressivement « professionnalisé ». Des figures emblématiques de cette disciple ont largement contribué à la faire connaître. Les exploits réalisés par Kylian Jornet ainsi que la multiplication des formats de course (de 20 à 220 km) ont contribué à la populariser. La variété des parcours proposés (urbains, montagneux, à thèmes etc. …) et le développement du nombre de courses organisées toute l’année ont permis d’en démocratiser la pratique.

 

Participer à un trail ne s’improvise pas

Que vous vous élanciez pour un 40 km ou un ultra-trail, la spécificité des « terrains de jeu » proposés, sous montagneux, nécessite que vous soyez bien préparé. Participer à un trail ne s’improvise pas. Au-delà des nombreuses publications créées ces dernières années, l’organisation de stage de préparation se multiple. Les actions de sensibilisation à l’importance de l’alimentation permettent également de mieux gérer ses efforts. Des clubs de trail, tel que « Saint-Lary Aure Montagne », regroupent des membres de tous les âges qui, au-delà, de s’entraîner ensemble, partagent leur amour pour la montagne. Le développement des courses en montagne ne se limite pas à une simple pratique sportive. Elles sont surtout l’occasion d’évolution dans des environnements naturels exceptionnels.

Le trail : une invitation à vivre la montagne autrement

Etre au bord de l’épuisement physique et mental. Commencer à envisager de se poser sur un rocher et ne plus en bouger. Entretenir une conversation avec un nain de jardin au beau milieu de la nuit. Eprouvez le douloureux sentiment d’être au bord de la rupture … Puis soudainement contempler le lever du soleil sur le massif du Néouvielle. Vous émerveiller de cette perspective grandiose en arrivant au sommet du Pic du Midi. Ce brusque sentiment d’être en parfaite communion avec la nature. C’est « ça » le trail. Partager vos émotions avec un autre concurrent jusqu’ici parfaitement inconnu. C’est « ça » aussi le trail. Ressentir ce formidable épanouissement personnel en passant la ligne d’arrivée après être allé au bout de vous-même. C’est encore « ça » le trail.

Evolution du poids économique du trail

Les équipements liés à la pratique du trail ont connu une évolution exponentielle. A l’origine, des baskets, un short, un t-shirt et un coupe-vent pouvaient suffire. Aujourd’hui, le budget moyen pour disposer d’un bon équipement de trail est de l’ordre de 400 à 1000 euros. Au-delà des revenus perçus par les équipementiers, en 2019, l’activité économique générée par les organisateurs de trail sur le territoire français était de l’ordre de 400 millions d’euros. 75 % étant réinvesti sur le territoire par le bais de l’hébergement, de la restauration, etc. … De plus, chaque traileur se déplaçant en moyenne avec deux accompagnants, les sites touristiques proposant un large éventail d’activités et services pour les accompagnants ont rapidement été plébiscités par les coureurs …et les organisateurs de compétitions qui y ont rapidement localisé leurs manifestations.

 

Les immanquables en vallées d’Aure et du Louron

Vous hésitez encore à vous lancer dans l’aventure ? La diversité des courses organisées en vallées d’Aure et du Louron finira par vous convaincre. Que ce soit le « Patou Trail » organisé au mois de juin à Saint-Lary Soulan, « Le Trail du Louron » organisée en août dans la vallée du Louron ou le Grand Raid des Pyrénées organisé fin août en haute vallée d’Aure, laissez-vous tenter. L’ambiance propre au trail et la présence chaleureuse des bénévoles. La beauté des paysages traversés et la solidarité des traileurs. Le sentiment de vous être surpasser. Tout cela vous procurera un tel condensé d’émotions que vous ne pourrez plus vous en passer.

Répondre