Sentier de montagne entre la Croix d’Housdarou et les Granges de Grascouéou

Par 1 juillet 2019 juillet 18th, 2019 La sportive, Randonnée
Village de granges montagne vue panoramique

T’as la cinquantaine. Tu commences à trouver tes poignées d’amour un peu trop encombrantes. Ça fait un petit moment que ta femme et tes enfants ne te regardent plus avec cette petite lueur d’admiration. J’ai un défi pour toi. Te taper la montée du sentier de montagne jusqu’aux Granges de Grascouéou en moins d’une heure. Départ de la Croix d’Housdarou, située à moins qu’un kilomètre du village de Vielle-Aure, pour trois kilomètres et près de 800 mètres de dénivelé. Du brutal.

De préparation matérielle, tu auras besoin

Pars plutôt le matin à la fraîche, histoire de t’épargner le premier tiers de la montée en plein cagnard. T’as les bonnes baskets. La version « crampons sous les semelles » est fortement recommandée. Le short et le T-shirt qui vont bien. Inutile de trop te couvrir, tu vas vite avoir chaud. Ton bidon d’eau. Il n’y a ni Food Truck ni ravito en milieu de montée. Deux ou trois barres vitaminées. Mieux vaut trop que pas assez. Ton portable. Pour immortaliser ton exploit ou appeler les secours ! Pour les bâtons, c’est au choix. Je te conseille quand même de les prendre. Tu pourras toujours t’en servir comme piolet dans les passages les plus pentus et de béquilles dans la descente. Pour la préparation matérielle, t’es paré.

Et de préparation psychologique …

Evite de lever la tête jusqu’aux Granges de Grascouéou au départ de la Croix d’Housdarou. C’est pas la peine de te briser le moral avant de commencer. Pense quand même qu’une fois là-haut, tu vas pouvoir répéter à tes proches pendant le reste de ton séjour que « ça », tu l’as fait. Fais totalement abstraction du début de panique que tu peux lire dans le regard de ta femme. Rappelle-toi qu’elle a passé sa nuit à apprendre par cœur le numéro des secours en montagne. A partir de là, mon gars, il est temps de gagner ton Olympe !

Un premier tiers de parcours à éviter de toucher le sol avec ton front

Pas besoin de t’échauffer. Dès que tu vas quitter le chemin pour attaquer le sentier, tu vas vite comprendre. Abandonne l’idée de faire quelques tractions sur la barre fixe que tu vas croiser sur ta droite et focalise-toi plutôt sur les premiers deux cents mètres de dénivelé de la montée. C’est là que tu vas prendre pleinement conscience de l’importance de bien choisir le design de tes baskets. Vu que tu vas avoir tendance à les admirer un moment. Passer l’ancienne ardoisière, tu vas arriver à un abri de montagne. Si tu ne l’as pas encore fait, bois un coup. Renonce à  jouer avec les barres parallèles que tu vas laisser sur ta droite. Mais, quelque chose me dit, à la sueur qui perle sur ton front, que t’es déjà bien chaud.

N’oublie pas d’admirer le panorama

Là, tu vas t’engager sur une partie du sentier un peu plus accidentée. Évite de te tordre stupidement une cheville mais n’oublie pas de jeter un coup d’œil sur ta gauche. Le panorama sur la Haute Vallée d’Aure que tu vas pouvoir admirer devrait te redonner le moral. Rien que pour ça, ça vaut déjà le détour. N’oublie pas de maudire l’abruti qui a mis le feu à cette partie de la montagne. J’en aurai presque chialé de colère le jour où s’est arrivé. Il ne te restera plus qu’un dernier petit mur pour arriver au premier tiers du parcours. Là, si tu sens que ça va pas le faire, redescends par un petit sentier qui te mènera au virage « Poulidor » dans la montée du Pla d’Adet. Sinon, prends tout droit. T’as le droit de boire.

Deuxième tiers de la montée et vœu au bénitier laïc

Là, plus d’échappatoire. Dis-toi que cette partie de la montée est moins pentue et plus ombragée. Au point d’imaginer que ta femme pourrait t’accompagner. C’est tout dire. Mes hommages à Madame bien sûr. A un moment, tu vas arriver à hauteur d’un rocher posé à gauche du sentier. C’est le « Bénitier laïc » sur lequel une petite alcôve s’est creusée. Dis-toi que t’es à peu près à la moitié de la montée. A ce stade,  la tradition, que j’ai moi-même inventée, veut que tu fasses un voeu. Exécute-toi et reprends ta marche vers la gloire. Au moment où tu vas trouver que ce deuxième tiers commence à traîner en longueur, tu vas arriver à une première grange sur ta droite puis une seconde un peu plus haut. T’es arrivé au deuxième tiers de la montée. Mange une barre vitaminée et bois un coup.

Encore un petit effort, tu y es presque

Je sais. T’es tout rouge, le souffle de plus en plus court et les jambes qui commencent à couiner. Mais pense au regard admiratif de tes enfants lorsque tu leur montreras les Granges de Grascouéou du village de Saint-Lary Soulan. Tu vois l’image du super-héros ? Ben, t’en seras pas loin ! Si t’as pas d’enfants, penses à ta femme. Et si t’as pas de femme, pense à adopter un animal de compagnie. Positive quoi ! En plus, ce troisième tiers est ombragé, propice à croiser des sangliers … et des chasseurs. Alors ressaisis toi.

Le ciel à portée de foulée

A partir de là, tu vas commencer à te rapprocher du ciel. Enfin, façon de parler. La luminosité va s’accentuer et, sur une centaine de mètres, plutôt plate, tu pourras même envisager de trottiner. T’emballe quand même pas mais répète-toi qu’il ne te reste plus qu’une centaine de mètres de dénivelé. Puis, soudainement, le Graal. Ton Graal. Tu vas quitter le clair-obscur de la végétation pour la luminosité des estives avec, en point de mire, la première grange. T’y est mon gars. Ok, ça va encore grimper sec pour arriver aux Granges de Grascouéou mais je te garantis que tes efforts vont bientôt être récompensés.

Ta récompense : une vue époustouflante sur la Haute Vallée d’Aure

Contourne la première grange sur ta gauche et approche-toi doucement. Savoure et prépare toi à vivre la montagne grandeur nature. T’as gagné le droit de contempler le panorama exceptionnel sur les villages de la Haute Vallée d’Aure et la station de ski de Saint-Lary. Tu peux même aller jusqu’à verser une petite larme. Tu t’en fous, t’es tout seul. Et n’oublie pas. N’oublie surtout pas de te répéter que tu l’a fais. Même si ce sera certainement en plus d’une heure, tu auras toute mon admiration.

Pense à redescendre

Grisé par ton exploit, si tu décides d’engager une discussion avec les moutons qui pâturent habituellement sur ces estives, c’est que t’as pas encore assez récupéré. Sinon, t’es prêt pour redescendre. Là, t’as deux options : reprendre le même sentier ou le chemin qui t’amènera en bas du village de Soulan. Tu peux pas te planter, y en a qu’un. Préviens juste, ta femme, tes enfants ou l’animal de compagnie (que tu as finalement décidé d’adopter) de venir te chercher. Sinon, c’est quatre kilomètres sur une route bitumée pour redescendre jusqu’à Saint-Lary village. Au fait, si t’as décidé de prévenir l’animal de compagnie, prends encore le temps de souffler. T’as pas encore assez récupéré pour redescendre sereinement.

Un commentaire

  • Vjl dit :

    Bravo!
    Mais à partir de soulan pas obligé de reprendre la route, ou seulement sur quelques mètres avant d’emprunter un petit chemin très sympa qui arrive à vignec

Répondre