Le Néouvielle blanc

Par 18 mai 2014février 3rd, 2017La douce, Nature/environnement, Randonnée, Scoop.it

A l’occasion des ponts de mai, les touristes désertent traditionnellement la montagne pour profiter des premiers beaux jours sur la côte et bénéficier d’un soleil radieux. C’est alors le meilleur moment pour arpenter en toute sérénité les sentiers Pyrénéens… sous un soleil radieux !

Ce 8 mai, la route des lacs est enfin ouverte jusqu’au lac d’Orédon et j’en profite pour y commencer une jolie promenade matinale vers les Laquettes et les lacs d’Aubert et d’Aumar, au pied du pic de Néouvielle.01 - le lac d'Oredon

Le chemin s’élève doucement sous les sapins surplombant le lac d’Orédon pour côtoyer, de lacets en lacets, le torrent et ses nombreuses cascades. Bientôt le sentier s’engouffre par endroits sous une neige de plus en plus présente 02 - le torrent sous les Laquettesdans cette zone bien abritée.

Alors que mes pas s’enfoncent désormais en permanence dans la neige, j’atteins l’extrémité des Laquettes presque entièrement gelées, mais offrant au promeneur quelques magnifiques miroirs.

 

03 - reflets du pic de Hèche Castet et du RamounLà se mirent fièrement le pic de Hèche Castet et le Ramoun, tout heureux de cacher le pic de Néouvielle qui lui vole habituellement la vedette…

04 - le Ramoun pris dans les glacesJe choisis de longer les berges des Laquettes et leur beauté toujours renouvelée pour franchir les dernières pentes menant au lac d’Aubert et son barrage, qu’on aperçoit déjà depuis un moment. J’ai apporté les raquettes : j’en profite pour les chausser.05 - reflet sur la Laquette

 

06 - vers l'aval des Laquettes et le Soum de MonpelatArrivé au niveau du barrage, que je laisse sur ma gauche, je retire les raquettes pour avancer sur le chemin. Il a été déneigé pour permettre l’accès au barrage : de grands travaux de réfection y sont programmés cet été.

 

D’ailleurs le lac a été récemment vidé, en témoignent les pans de neige fissurés sur sa périphérie.

J’en profite pour consulter la table d’orientation qui démontre surtout l’épaisseur de neige encore présente !

07 - La table d'orientation devant le lac d'Aubert et son barrage

08 - panneaux indicateurs... du niveau de la neigeJe décide de chausser à nouveau les raquettes pour poursuivre l’ascension jusqu’aux rives du lac d’Aumar, en empruntant le sentier caché sous un mètre de neige… Le lac gelé est splendide et j’ai l’impression d’atteindre une immense grève blanche qui borde une ondulante frange vert émeraude. 09 - à l'ombre d'un pin à crochets face au lac d'AumarLe paradis doit ressembler à ce monde-là ! J’en prends plein les yeux en longeant le lac et je m’installe à l’ombre d’un grand pin à crochets pour savourer la vue et une barre de céréales. En silence, j’espère secrètement apercevoir sur les pentes qui me font face un isard, ou même un lagopède. Mais en vain…

10 - pause déjeuner dans l'écrin du Néouvielle11 - le pic de Néouvielle derrière le Ramoun et sa dorsalePour mieux apprécier ce panorama époustouflant, je reprends l’ascension sur les pentes qui mènent à la Hourquette d’Aubert. Je décide de m’arrêter pour déjeuner une centaine de mètres plus haut : là, je contemple l’immensité des lieux et leur maître, le pic de Néouvielle. Même les nuages cotonneux contribuent à les mettre en valeur.

 

12 - panoramique à 180° depuis le col de Madamète jusqu'au pic de NéouvielleCette atmosphère renforce cette belle impression d’être seul au monde.

Après ce déjeuner idyllique, je rebrousse chemin et décide de rejoindre le lac d’Orédon en empruntant la route qui offre un point de vue plongeant sur les Laquettes. Elle longe d’abord le lac d’Aumar entre deux murs de neige impressionnants. Je ne peux m’empêcher de rejoindre l’extrémité amont du lac pour y observer le pic de Néouvielle, là où l’été dernier j’avais réalisé un petit timelapse au lever du soleil.13 - paradis blanc

Je reprends mon chemin et profite de ces quelques kilomètres de bitume fermés à la circulation pour admirer les Laquettes et le vallon d’Estaragne qui domine le lac d’Orédon, avant que ce dernier se dévoile enfin.14 - la route comme un miroir entre deux murs blancs

Cette rando des Laquettes est un grand classique en période estivale. Elle s’adresse à tous puisque le dénivelé est d’environ 300 mètres jusqu’au lac d’Aubert, qu’on atteint en 1h30. Le lac d’Aumar nécessite un petit quart d’heure d’efforts supplémentaires. La route est réglementée à partir du parking du lac d’Orédon et une navette est à disposition pour effectuer la descente si on ne souhaite pas rejoindre le parking par le même itinéraire.

N’hésitez pas à faire appel à un professionnel qui vous guidera et vous aidera à mieux connaître la réserve naturelle du Néouvielle.

Avec ou sans neige, les lacs du Néouvielle sont un lieu incontournable pour ceux qui aiment les Pyrénées !

5 Commentaires

Répondre